L'histoire de FMBois
... en quelques mots
François Minéo Créateur et gérant de FMBois

Fils et petit fils de menuisier et ébéniste, François Minéo a toujours eu une passion absolue pour le bois.

Suite à plusieurs voyages et une solide formation, il ouvre son premier magasin de négoce et se spécialise dans la construction de terrasses en bois exotiques haut de gamme. Il élargie son activité aux parquets à travers l’ouverture d’un second magasin sur Marseille.

En 2011, François MINEO ouvre un nouveau Show Room de 600 m² à Aubagne. Il y expose tout son savoir faire en matière d’agencement d’intérieur en bois. François MINEO fait alors de ce Show Room d’Aubagne un espace ouvert à l’exposition d’objets exotiques, tous agencés dans la collection de mobiliers FM Bois.

Plus récemment, FMBois fait l’acquisition d’un 2nd magasin à Roquefort la Bedoule. Un entrepôt alliant Show-room et dépôt de stockage, destiné à attirer une clientèle professionnelle. La fonctionnalité des locaux permet la réalisation de projets ambitieux et haut de gamme.

Témoignage d'un gérant pas comme les autres

« Le bois, c’est ma vie. Petit-fils d’ébéniste, fils de menuisier, je suis tombé dans la marmite quand j’étais petit. »

Dans l’atelier à 13 ans, le rabot fait voler les copeaux en flocons, la scie chante et enchante le bois, la main caresse les veines de la noble matière.

« Ce qui me fascine profondément dans mon métier, c’est de redonner vie à l’arbre qui a été abattu », assure François Minéo.

Depuis 20 ans, il est allé chercher les essences les plus rares en Afrique, en Indonésie et jusqu’en Amazonie. Perdue dans l’immensité de cette région, deux fois grande comme l’Europe, il a même possédé sa propre forêt dans un coin de Bolivie.

« Pour se représenter son étendue, il fallait tracer une ligne entre Avignon, Salon-de-Provence et Le Lavandou. »  Un domaine impressionnant rapporté à l’échelle des Bouches-du-Rhône !

La chasse aux arbres...

« Je voulais avoir mon propre bois pour maîtriser toutes les étapes de sa transformation vers sa seconde vie. Mon projet a commencé avec l’adhésion à une association internationale de producteurs, tous soucieux de promouvoir une gestion responsable des forêts », explique François Minéo.

Le Forest Stewardship Council (FSC) – Conseil de gestion des forêts – a mis au point une certification permettant d’accomplir des opérations forestières répondant aux besoins sociaux, économiques, écologiques, culturels et spirituels des générations actuelles et futures.

« En pratique, il faut que nos entreprises soient rentables, mais jamais au détriment de la ressource forestière, de la diversité de l’écosystème ou des communautés dans notre voisinage », détaille François Minéo.

Un équilibre subtil qu’il recherche avec la foi d’un explorateur passionné par les belles choses.

« La seule réussite, c’est l’engagement »

Certes, les arbres ne montent pas jusqu’au ciel. Mais presque, si l’on en juge par les projets de celui que l’on peut considérer comme un véritable artiste du bois, prisé des particuliers – souvent fortunés – comme des architectes les plus renommés.

Le carnet de commandes de l’entreprise est plein. Telle est la rançon d’un succès dont François Minéo n’aime guère parler. « Pour moi, il n’y a pas de clients, juste des gens. Riches ou non, ce qui m’intéresse vraiment, c’est leur personnalité. On va construire ensemble un projet qui leur correspond. Ce projet va marquer le temps et souvent l’histoire d’une famille, avec à chaque fois un enjeu fondamental résumant notre rôle : apporter du bonheur. »

Le modèle économique de FM Bois tient en un adage, gravé dans l’esprit de chaque collaborateur :
« La seule réussite, c’est l’engagement. »

Pas de place pour la tiédeur. Les défis sont donc légion dans le parcours de l’équipe qui a notamment réalisé le magnifique parquet du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM) qui a ouvert ses portes en juin 2013 à Marseille. C’est un des joyaux architecturaux de Marseille-Provence 2013, Capitale européenne de la culture.

« On a travaillé, parfois jour et nuit, sur ce chantier extraordinaire. Et très technique, puisque nous avons monté 1 500 mètres carrés de parquet de bois exotique, aligné sur 40 mètres de long, avec des tolérances de 3 millimètres. »

Un régal pour ce chef d’entreprise toujours en quête de nouveaux challenges.